Adrastïa Valiesse. Interprétation du code Sith.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Adrastïa Valiesse. Interprétation du code Sith.

Message par Adrastïa (Ae'lun) le Sam 7 Jan - 8:06

La paix est un mensonge, il n'y a que la passion

De manière assez évidente, cette première phrase est une réponse à la première phrase du Code Jedi, "il n'y a pas d'émotions, il y a la paix". Pour les Siths, la paix offerte par les Jedis est illusoire, éphémère au mieux. La paix est -par nature-, enfantée d'une période de trouble et de conflits. Elle n'est qu'un état imposé par la nécessité du moment, par la force et la violence et n'est pas destinée durer. Les Siths voient plus loin que cela. Les individus et les civilisations, ne peuvent progresser qu'au travers du changement et de l'évolution: les avancées acquises lors de conflits, les progrès et les découvertes sont le fondement de l'évolution. Lorsque la survie est mise en jeux, que l'annihilation guette, il est plus facile de se convaincre de chercher de nouvelles solutions, de nouveaux moyens de progression, que dans environnement calme et apathique ou vous vous sentiriez en sécurité. Ainsi en est-il dans la nature: la survie est une lutte permanente. Seuls les forts, ceux qui parviennent à s'adapter, peuvent espérer prospérer. Cette rêgle universelle de la nature est également la base de l'idéologie sith: face au danger il est nécessaire de s'améliorer, de se perfectionner, ou de périr.


Par la passion, j'ai la puissance

A l'inverse des Jedis qui se perdent dans la contemplation, et le stoïcisme, les Siths utilisent leur émotions pour canaliser leurs pouvoirs dans la force. Ils emploient leur émotions leurs plus primaires et les plus violentes pour arriver à leurs fins: la colère, la peur. Ce sont des émotions primaires, que ressentent toutes les créatures vivantes. La peur, souvent dénigrée, est la preuve la plus évidente du désir de vivre, en présence du danger, elle anime et donne la force de survivre. La colère, en revanche, prend place au moment d'un conflit, quand il s'agit de se battre, elle est le carburant dont à besoin un individu pour détruire son ennemi. Ces émotions sont essentielles, mais pour ne pas en devenir l'esclave, il est primordial de les maîtriser, et de ne pas se laisser dominer par elle. Ce sont nos émotions, nos passions, qui nous donnent la force de progresser.


Par la puissance, j'ai le pouvoir

L'une des seuls rêgles immuable dans la culture Sith est la "Loi du plus fort". En définitive seul le pouvoir compte dans l'empire, de fait, seul les plus puissants peuvent prétendre au titre de Seigneur noir ou d'Empereur. Mais il ne s'agit pas uniquement de la puissance brute. La puissance permet de gravir les échelons, et de tenir en respect ses rivaux les plus audacieux, mais cela n'est pas suffisant. Les jeux d'influence et de manipulation sont infinis dans la classe dirigeante, parmis les Seigneurs et Maîtres. Chacun cherchant à écraser et humilier ses rivaux, sans pouvoir les détruire réellement. La puissance offre la force, mais le pouvoir offre le contrôle, et la domination. La puissance sans pouvoir est inutile, elle n'est qu'une étape sur la voie des Siths.


Par le pouvoir, j'ai la victoire

La quête du pouvoir pour le simple pouvoir est dénuée de sens. C'est sur cette désignation du code que se fourvoient nombre de Siths. En recherchant le pouvoir toute leur vie, ils finissent par être absorbés, obsédés, par cette "quête", et ne sont plus que des coquilles vide. Puissants à l'excès mais prisonniers de leur soif de pouvoir, esclaves de leur ambition. Un potentiel gâché, un échec, au coût incalculable. Le conflit étant la base de la philosophie sith, la victoire est l'alternative la plus favorable, l'issue la plus désirée. Seul le fou accepte la défaite car la défaite symbole l'échec et la mort. La victoire est la preuve de la supériorité finale. Idéologiquement, militairement ou culturellement, elle offre aux Siths leur juste place dans la galaxie. Elle ouvre le chemin vers leur destinée. Le pouvoir est le premier pas vers accomplissement, jusqu'à la victoire totale, car sans pouvoir nul ne peux rien.


Par la victoire, je brise mes chaînes

La philosophie Sith prône l'émancipation de l'individu de toute contraintes, de toute entraves. Qu'elles soient imposées par le milieu social et culturel, dans lequel gravite l'individu, ou qu'elles soient imposé par l'individu lui-même. L'être doit apprendre à voir ses entraves pour mieux les briser. Pour se libérer de sa condition, de son impuissance, de sa mortalité et de toutes ses faiblesses. Il est important de ne pas confondre cette quête de l'émancipation avec un vulgaire sentiment de révolte. L'esclave qui entre en conflit n'en reste pas moins un esclave. Ce sentiment pueril n'est pas la réponse. Les Siths recherchent mieux que cela, ils souhaitent la perfection de l'être, ce mélange de puissance, de savoir, de pouvoir et d'immortalité. Transcender sa nature pour briser les chaînes de sa propre condition.


La Force me libérera

La force est la vassale et l'outil, des maître de la force. Elle est leur compagne, leur allié, et leur servante. Elle nous enseigne ses secrets, et nous gagnons son pouvoir. En se plongeant dans la force, en comprenant sa nature, nous comprenons l'univers, car la force est maîtresse de l'univers. En ne faisant plus qu'un avec la force, nous transcendons notre nature. En dominant la force, et en devenant son maître, nous devenons le seul maître de notre destiné, véritablement libre.
avatar
Adrastïa (Ae'lun)

Messages : 2
Date d'inscription : 29/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum